Quelques reflexions de designers sur les conséquences de la pandémie.

Alors que le monde a continué à rouvrir par à-coups au cours de l’année 2021, une chose est restée constante : l’incertitude. Le monde – et le design qu’il contient – ​​est à un point d’inflexion. Quel sera l’avenir de notre discipline?

C’est exactement ce que la première saison de Now What ? un podcast dédié au design vise à répondre. Tout au long de la saison, l’animateur a invité des dirigeants du monde des affaires, du design, du commerce électronique et du développement pour parler de ce à quoi ressemble l’avenir dans leurs domaines.

  1. Éloignez-vous de la pensée sur le moment

Comme beaucoup d’entre nous, Walter, directeur de produit chez Resolve to Save Lives, passe beaucoup de temps à s’attaquer aux tâches quotidiennes et aux facteurs de stress, et à travailler à la réalisation de ses projets les plus immédiats. Mais Walter suggère que prendre de l’air de temps en temps pour avoir une vue d’ensemble pourrait vous aider à trouver de nouvelles solutions aux luttes quotidiennes.

« Pouvoir effectuer un zoom arrière et avoir une vue d’ensemble des choses, surtout lorsqu’il s’agit d’une opportunité de regarder l’espace dans lequel vous travaillez, [est] extrêmement précieux. Cela m’a aidé à voir que bon nombre des défis que j’ai rencontrés en tant que concepteur de produits, en tant que responsable de la conception, n’étaient pas seulement mes luttes », explique Walter. « C’étaient les luttes des circonstances, c’étaient les luttes de la discipline. C’est intéressant à voir. Cela rend moins les défauts de l’individu. Et cela nous montre si c’est un problème courant, alors il y a probablement un modèle que nous pouvons résoudre pour cela. Nous pourrions également trouver des solutions communes.

  1. La conception pour des conséquences imprévues

Une approche de conception « centrée sur l’utilisateur », qui demande au concepteur de se mettre à la place de l’utilisateur et de prendre en compte ses intentions lors du développement d’un projet, est devenue la référence en matière d’expérience utilisateur. Mais selon Alexis Lloyd, vice-président de la conception de produits chez Medium et co-fondateur d’Ethical Futures Lab, cette approche n’est pas aussi holistique qu’elle devrait l’être.

« En nous concentrant sur l’utilisateur, nous avons tendance à occulter les autres participants aux systèmes que nous concevons, qui ne sont pas des utilisateurs finaux en soi, mais qui interagissent avec ou sont affectés par le système », explique Lloyd. « Et dans certains cas, en se concentrant sur la facilité d’utilisation, cela n’élimine pas les frictions dans une expérience, mais se décharge plutôt sur certains de ces autres participants qui ne sont pas aussi visibles pour nous. Qui sont moins visibles, qui sont moins privilégiés.

Les concepteurs UX doivent également prendre en compte le potentiel de conséquences imprévues, selon Lloyd. « La réflexion que nous faisions était vraiment axée sur la réflexion sur les systèmes et sur la façon dont cela pourrait devenir une couche additive au-dessus de la conception centrée sur l’utilisateur », dit-elle. « Donc, non pas pour le remplacer mais pour l’ajouter, comme un moyen de mieux réfléchir aux conséquences imprévues qui pourraient se produire en raison des systèmes que nous concevons et ainsi être en mesure de contrer de manière préventive tout effet négatif que nous pourrions voir. « 

  1. Adaptez-vous au futur du commerce électronique avec une interface utilisateur personnalisée

Les fermetures liées à la pandémie ont envoyé plus d’acheteurs en ligne que jamais auparavant. Pour rencontrer les consommateurs là où ils sont et les garder, les sites e-commerce doivent s’adapter. Selon Shanna Tellerman, cofondatrice de Modsy, une start-up de conception de maisons en ligne, cela se résume à une expérience d’interface utilisateur personnalisée.

« Ce que vous voulez faire, c’est mettre la meilleure chose possible devant le client qui est le plus susceptible de l’acheter le plus rapidement. Et de leur donner les informations les plus susceptibles de les convaincre de l’acheter. C’est ce que les deux parties veulent réellement », explique Tellerman. « Le monde se dirige vers la personnalisation… les données dont nous disposons et la façon dont nous utilisons ces données pour vraiment comprendre ce que recherche le consommateur et lui proposer le bon produit vont continuer à avoir beaucoup de jambes alors que nous nous dirigeons vers l’avenir.

Retour haut de page